Carso – Vénissieux (Rhône) A la pointe de la technologie… mais pas des salaires

Vendredi 11 janvier, plusieurs dizaines de salariés ont fait grève et se sont relayés devant l’entreprise à l’occasion des négociations salariales annuelles.

     Les laboratoires Carso, qui effectuent des analyses des eaux et de l’environnement, ne cessent de grandir. Ils emploient 2500 personnes dans le monde, majoritairement en France, dont 800 sont rattachés à Vénissieux, avec 600 travaillant sur place. Ce sont majoritairement des techniciens et des ingénieurs.

     Mais bien peu de salariés restent dans ce laboratoire ultra-moderne car les salaires des techniciens et administratifs sont souvent proches du Smic et le restent pendant des années. Quant aux relations avec la maîtrise et la direction, elles ne sont pas toujours bonnes. Les augmentations de salaires, le patron ne sait pas vraiment ce que c’est, et pour montrer sa grande générosité, il a accordé une « prime Macron » de 125 à 150€ ! Cela frise la provocation, de la part d’un groupe qui a réalisé un chiffre d’affaires de 185 millions d’euros en 2016, et dont le patron fait partie des 500 premières fortunes françaises.

     Les salariés du laboratoire ne sont pas des habitués de la grève, mais la coupe est pleine et cette fois-ci, beaucoup ont voulu le faire savoir.

Aller à la barre d’outils