Dans un profond silence médiatique au plan national les travailleurs mènent de puissantes luttes : l’exemple de la centrale de CORDEMAIS

Comme annoncé depuis plusieurs semaines, l’intersyndicale de Cordemais (CGT-FO-CFE) monte en puissance sur les modalités d’actions pour se faire entendre pour la défense de nos emplois.
Le 3 janvier, en assemblée générale du personnel, a été décidé de bloquer le trafic ferroviaire au niveau de la gare de Cordemais. De 13h30 à 15h00, 70 salariés grévistes ont paralysé le trafic des trains ainsi que le trafic routier au niveau du passage à niveau de Cordemais.

 

Cette action est symbolique, elle a vocation à démontrer au pouvoir public que nous sommes déterminés à obtenir un avenir à la centrale EDF de Cordemais qui passera par l’annulation de la volonté de fermeture en 2022, et la reconversion de nos installations par le projet Ecocombust qui vise à remplacer le charbon par un combustible alternatif « vert ».
Cette action s’est déroulée dans le cadre de la grève reconductible engagée depuis mardi 11 décembre dernier, qui donne suite à la manifestation à Paris jeudi 13 avec une réception par les directeurs de Cabinet dans laquelle nous avons eu une fin de non-recevoir à nos revendications.
Même si certains signaux positifs ont été envoyés pour Ecocombust (évoqués dans la presse mais sans que nous n’en ayant été informé pour les confirmer), en aucun cas nous n’avons eu de retour sur sa possible utilisation pour prolonger nos installations. Et si le gouvernement souhaite nous faire produire ce combustible alternatif au charbon sans nous garantir d’avenir pour notre centrale électrique, nous continuerons à monter le rapport de force jusqu’à obtention de nos revendications.
La grève est reconduite jusqu’à nouvel ordre, avec le maintien des installations à l’arrêt.
Aller à la barre d’outils