Inde : 15 flics ont explosé après que les maoïstes aient déclenché un engin explosif improvisé sur la route de Gadchiroli (La cause du peuple)


Traduction de Redspark

Quinze membres de la police de Gadchiroli et le conducteur d’un véhicule privé dans lequel ils se trouvaient ont explosé lorsque les maoïstes ont déclenché l’explosion d’un engin explosif imrpviosé (EEI) à Lendhri nullah, près de la frontière Maharashtra-Chhattisgarh, lors de la pire attaque perpétrée contre les forces de sécurité dans la région depuis 10 ans.

Le personnel de l’équipe d’intervention rapide (QRT) du poste de police de Kurkheda, situé à plus de 150 km de Nagpur, se dirigeait plus tôt dans la journée vers le village de Dadapur, près de Purada, où des maoïstes avaient incendié des dizaines de véhicules d’une entreprise de construction de routes basée à Chhattisgarh.

Cela a été un coup dur pour le jour de la fondation du Maharashtra car l’incident semblait planifié – des sources ont déclaré que l’EEI avait peut-être été placé sur le tarmac routier il y a plusieurs mois – et est survenu quelques jours après que les maoïstes aient mis fin à leur “semaine des martyrs” le 28 avril pour marquer l’assassinat de 40 cadres dont beaucoup de femmes par les forces de sécurité les 22 et 23 avril de l’année dernière.

Le chef de la police du Maharashtra, Subodh Jaiswal, s’exprimant à Mumbai, a promis une réponse « adaptée » à l’attaque « lâche », mais semblait exclure l’hypothèse d’un échec des services de renseignements. « Ce n’est pas correct de dire que c’était dû à un manque de renseignement. C’est un triste incident… Nous allons riposter, nous allons nous attaquer aux Naxalites. Si davantage de personnel de police est nécessaire, nous les déploierons immédiatement. “ Le Gouverneur Ch Vidyasagar Rao a annulé une réception et un programme culturel programmés pour le Maharashtra Day à Raj Bhavan.

CM Devendra Fadnavis a également promis une réaction, en tweetant : “La police ne perdra pas son moral, en réalité elle combattra cette menace avec plus de force.” Cependant, le président du Congrès, Ashok Chavan, et le chef du NCP (Parti du Congrès nationaliste), Sharad Pawar, ont appelé à la démission du CM, affirmant qu’en tant que ministre de l’Intérieur, il avait négligé l’ordre public dans les zones touchées par les Naxalites.

L’incendie criminel et l’explosion qui a suivi mercredi sont vraisemblablement l’œuvre des maoïstes de la Compagnie 4, Kurkheda-Korchi-Khobramenda et Tippagarh dalams, et d’autres formations relevant de la division nord de Gadchiroli. Après avoir incendié les véhicules de l’entreprise de construction de routes, les maoïstes semblaient avoir attendu la police. Un convoi de trois véhicules a quitté Kurkheda pour se rendre à Dadapur, à environ 40 km, et les deux premiers véhicules, transportant notamment l’officier de police de la sous-division, ont nettoyé les lieux. Le troisième véhicule, un véhicule utilitaire privé transportant les flics, a explosé.

Des sources ont indiqué que la police avait commis une grave erreur en voyageant tous ensemble dans un véhicule pendant une période aussi sensible. En outre, s’ils avaient suivi la procédure opératoire standard consistant à utiliser une personne qui ouvre les routes à pied pour les scanner, le naxalite qui se cachait et qui devait déclencher l’EEI aurait pu être contrecarré. Mais ils ont fait remarquer que la police n’avait peut-être jamais imaginé que l’EEI serait placé sur une route empruntée par un grand nombre de villageois.

Fait intéressant, les maoïstes avaient placé des affiches dans le village de Dadapur et dans tout le district, condamnant les gouvernements du BJP du Centre et de l’État, le Premier ministre Narendra Modi, CM Fadnavis, le ministre de la Garde du district, Ambrishrao Atram, et le « Groupe Ambani» pour avoir ravagé les ressources naturelles du district au nom du développement.

Le DIG (Naxal) Ankush Shinde a déclaré qu’une enquête aurait lieu. « Nous allons faire le point sur la situation », a-t-il déclaré. Jusqu’au dépôt du rapport, la police était en train de transférer les corps à Gadchiroli pour l’autopsie.

Par la cause du peuple : lien

Aller à la barre d’outils