Les grévistes ne veulent pas céder

Les travailleurs postés de la raffinerie sont en grève depuis mercredi 21 novembre. Ils refusent les propositions des Pétroliers de modifier la Convention collective pour rendre non obligatoires les primes d’équipe, d’ancienneté et de panier. Total et les autres auraient désormais le droit de les baisser ou les supprimer.

Les installations sont au minimum technique et plus rien n’est livré. La poursuite de la grève a été décidée d’abord jeudi 22, à l’appel de la CGT et de FO. Et lundi 26 c’est une assemblée générale de 300 salariés qui a décidé de continuer  jusqu’aux résultats des négociations avec Total mercredi. Car Total dit ne pas vouloir toucher aux primes mais refuse de le mettre par écrit !

Pour les grévistes, il n’est pas question de faire confiance à un rapace comme Total, qui prévoit 16 milliards de $ de bénéfices pour 2018, gagnés avec le travail des salariés qu’il emploie dans le monde entier. Comme dans plusieurs autres raffineries du pays, la grève continue !

Aller à la barre d’outils