Nouvelle offensive euro- maccarthyste en Pologne ! (Par pole de renaissance communiste en france)

Refusant d’admettre ses défaites juridiques à répétition dans sa tentative d’interdire le PC polonais, le gouvernement clérical-fascisant de Varsovie entend renforcer la législation anticommuniste de manière à interdire le KPP.

Le PRCF appelle ses militants à relancer fortement la pétition de solidarité avec les communistes polonais et prendra très vite de nouvelles initiatives dans ce sens en s’adressant à tous les communistes et démocrates véritables de France.

Juste avant les élections européennes, le parlement polonais a changé le code pénal. Parmi de nombreux changements se cache l’article 256, qui pour la première fois mentionne le communisme ( qui est mis sur le même plan que le fascisme ou le nazisme) dans le code pénal et prévoit des condamnation à 2 à 3 ans d’emprisonnement. Il interdit non seulement la promotion de “système totalitaire” mais aussi l’idéologie, les symboles et tout les contenus (impression, livres, enregistrements,vidéo…), aussi bien que la présentation, la possession ou la détention de ces contenus.

PC de Pologne, L’appel à l’action contre l’interdiction du communisme en Pologne

6/4/19 4:12 PM – solidnet

Les persécutions anticommunistes en Pologne s’intensifient alors que les autorités de l’État tentent de criminaliser l’activité communiste en modifiant le code pénal. Il s’agit d’un élément de la campagne anticommuniste visant à interdire le Parti communiste de Pologne. Les changements juridiques font également partie de la persécution, comme le procès des membres du PCP et du comité de rédaction “Brzask”, qui a duré environ 3,5 ans, malgré le fait que le tribunal les ait déclarés innocents en janvier dernier. En même temps, les autorités polonaises soulèvent d’autres obstacles à l’activité communiste, falsifient l’histoire et détruisent tout ce qui touche au communisme et à la Pologne populaire.

Les amendements au code pénal, y compris l’interdiction des activités communistes (article 256), ont été apportés 10 jours seulement avant les élections au Parlement européen. Ils signifient des peines plus lourdes et inacceptables et l’élargissement de la portée des crimes punissables. Les changements sont nombreux et concernent 105 articles sur 360 du code. Le gouvernement a présenté les changements en réaction au scandale de pédophilie parmi les prêtres catholiques et en lien avec ce crime. Toutefois, seuls quelques amendements le concernent.

Les changements réactionnaires ont été opérés très rapidement. Le 14 mai, le projet a été envoyé par le gouvernement au Parlement. Le lendemain, le Sejm (la chambre basse) a entamé la procédure législative et le 16 mai, il a été voté et adopté par le Sejm. Plus tard, il a été transmis à la Chambre haute – le Sénat, qui a ajouté 43 amendements supplémentaires, et revient maintenant pour être voté au Sejm. Le gouvernement est majoritaire dans les deux Chambres, de sorte qu’il n’aurait aucun problème à adopter les amendements. Ensuite, la nouvelle loi devrait être signée par le président. De l’avis général des avocats, les modifications apportées au code violent la Constitution et les droits de l’homme. Toutefois, la Cour constitutionnelle est actuellement contrôlée par les juges nommés par le gouvernement.

L’article 256* modifié interdit le communisme et l’assimile au nazisme et au fascisme. Auparavant, elle sanctionnait la promotion des “systèmes fascistes ou autres systèmes totalitaires de l’État”. Il y a 10 ans déjà, il y avait une tentative d’interdire les symboles communistes avec le même article, elle a été accueillie par des protestations internes et internationales et en 2011 elle a été annulée par la Cour constitutionnelle. Cependant, ces dernières années, la loi a été très largement utilisée comme le montre l’histoire du procès du PCP et de “Brzask”. La nouvelle version de la loi interdit l’idéologie, les symboles ou tout autre contenu (gravures, enregistrements), ainsi que la présentation et la possession de tout symbole de ce contenu. Le nouveau code augmente également la peine de 2 à 3 ans d’emprisonnement.

Nous exigeons l’arrêt immédiat de toutes les poursuites contre les communistes.

Nous appelons les partis communistes à s’opposer à la campagne anticommuniste et à la pénalisation des idées communistes en Pologne.

Nous vous demandons d’organiser les manifestations internationales devant les ambassades polonaises ou d’envoyer des lettres de protestation, de préférence le 12 juin, date à laquelle la nouvelle loi devrait être définitivement adoptée par le Parlement.

*Nous incluons la nouvelle version de l’article qui interdit l’activité communiste en Pologne :

“Art 256

1. Quiconque promeut publiquement le système étatique nazi, communiste, fasciste ou totalitaire ou appelle à la haine sur la base de différences nationales, ethniques, raciales ou confessionnelles, ou en raison de l’absence d’une confession religieuse, est passible d’une peine de privation de liberté pouvant atteindre trois ans.
1a. La même peine est infligée à celui qui propage publiquement des idéologies nazies, communistes et fascistes ou une idéologie appelant à recourir à la violence pour influencer la vie politique ou sociale.
2. La même peine est infligée à quiconque, à des fins de diffusion, produit, enregistre ou importe, acquiert, vend, offre, stocke, détient, présente, transporte ou transmet un imprimé, un enregistrement ou tout autre objet contenant le contenu visé aux articles 1 ou 1a ou qui est le support du symbolisme nazi, communiste, fasciste ou totalitaire, utilisé d’une manière qui propage ce contenu.

Source :  http://www.solidnet.org/article/CP-of-Poland-The-call-for-action-against-the-ban-of-communism-in-Poland/

Par pole de renaissance communiste en France : https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/nouvelle-offensive-euro-maccarthyste-en-pologne/?utm_source=Sociallymap&utm_medium=Sociallymap&utm_campaign=Sociallymap

Aller à la barre d’outils