Salutations au 3eme Congrès du parti communiste unifié de russie

Salutations au 3e Congrès de l’OKP

Nous publions des lettres de bienvenue des partis et des organisations, reçues par les délégués du IIIe Congrès de l’OKP.

DU PARTI COMMUNISTE SYRIEN

Chers camarades, délégués du troisième congrès du Parti communiste unifié !

Veuillez accepter mes salutations amicales des communistes syriens et leurs vœux de succès dans la lutte pour défendre la cause des travailleurs au nom de la victoire du socialisme.

Nous apprécions hautement le soutien des communistes et de toutes les forces progressistes de Russie à la lutte équitable du peuple syrien pour défendre l’indépendance, la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale de leur patrie. Les communistes syriens participent activement à cette noble et juste lutte contre les plans agressifs et expansionnistes de l’impérialisme, du sionisme et de la réaction régionale. Notre slogan est : “La Syrie ne peut être mise à genoux !

Nous sommes très heureux de voir les initiatives unificatrices entre les organisations marxistes-léninistes en Russie, qui nous ont également été rapportées par nos collègues membres de l’ETCR, avec lesquels nous entretenons des relations amicales solides et éprouvées.

Veuillez accepter encore une fois, chers camarades, nos vœux les plus sincères de succès à votre congrès.

Vive le marxisme-léninisme !

Vive l’internationalisme prolétarien !

Département international du Comité central
Parti communiste syrien
Damas, le 20 janvier 2019

DU GROUPE DE TRAVAIL RÉVOLUTIONNAIRE DE LA DINDE (DIP)

Message du DIP (Parti Révolutionnaire des Travailleurs de Turquie) au 3ème Congrès de l’UCP

Chers camarades, DIP vous adresse ses salutations les plus chaleureuses et vous souhaite plein succès dans votre congrès. Il y a deux ans, le DIP et l’OKP ont célébré ensemble le centenaire de la Grande Révolution d’Octobre lors d’un certain nombre de manifestations communes. De notre point de vue, il est très important que nos deux partis luttent contre le capitalisme impérialiste dans un esprit internationaliste les jours où nous célébrons le centenaire de la fondation du Comintern.

Comme le montre la crise vénézuélienne, l’impérialisme élargit peu à peu les possibilités d’une nouvelle guerre mondiale, attaquant agressivement les peuples du monde. C’est ce qui se passe aujourd’hui, dix ans se sont écoulés depuis que le capitalisme est tombé dans la troisième Grande Dépression. Le mouvement des gilets jaunes et les soulèvements dans tant d’autres pays ont montré que la lutte des classes devient également cruciale. Les prolétaires et les masses laborieuses du monde sont de nouveau prêtes pour une grande lutte au pôle opposé de toutes les tendances barbares que la crise mondiale génère constamment !

C’est un moment où l’objectif héroïque du Comintern – la défaite du capitalisme impérialiste dans le monde – est plus urgent et nécessaire que jamais. La Grande Révolution d’Octobre, après laquelle ses dirigeants sont passés rapidement et directement à la fondation du Comintern, nous montre une fois de plus la voie que nous devons suivre dans cette direction : le désarmement de la bourgeoisie réactionnaire par la prise du pouvoir et la propagation de la révolution sur la scène internationale pour porter le dernier coup ! L’arme pour cela était le Comintern.

Cet objectif n’ayant jamais été atteint, nous avons assisté à la restauration de la tyrannie capitaliste dans les anciennes nations ouvrières : de la Russie, l’Europe centrale et les Balkans à l’Asie du Sud et la Chine. Les tournants les plus dramatiques ont été faits directement par les anciens bureaucrates des pays ouvriers, sous la bannière des partis communistes. C’est cette bureaucratie qui a dissous le Comintern. Si la classe ouvrière internationale n’avait pas été désarmée par la dissolution du Comintern, il n’aurait pas été si facile de renverser le pouvoir de la classe ouvrière dans le pays de la Grande Révolution d’Octobre et ceux qui l’ont suivie.

Tout compromis avec l’ordre bourgeois, à quelque niveau que ce soit, national et international, doit être rejeté. Ceux qui prétendent être révolutionnaires devraient s’organiser et se battre pour le programme de la dictature prolétarienne et, nécessairement, pour la révolution mondiale. Cela est plus pertinent que jamais dans un monde qui, plus que jamais, opprime les peuples tout en les unissant, en les détruisant de plus en plus et en leur offrant en même temps davantage de possibilités au niveau international.

Le prolétariat mondial a besoin d’une Internationale révolutionnaire, une fois de plus une Internationale communiste ! Nous devons nous battre pour ramener cette arme mortelle de la classe ouvrière, c’est notre propre arme, prise de nos propres mains !

Vive le prolétariat international !

Vive la révolution mondiale !

Parti révolutionnaire du travail (DIP)
Turquie

DU PARTI RÉVOLUTIONNAIRE DES TRAVAILLEURS DE GRÈCE

Chers et chers camarades,

Le Parti révolutionnaire des travailleurs de Grèce (EJC) EEK | Εργατικό Επαναστατικό Επαναστατικό Επαναστατικό Επαναστατικό Κόμμα accueille votre congrès et souhaite à nos frères et sœurs, les communistes russes, beaucoup de succès dans leur travail et de victoires sur la voie de notre objectif commun – la libération de l’humanité des chaînes de l’impérialisme et du capitalisme, pour créer une société communiste, vraiment libre de toute exploitation et oppression.

Notre parti, l’EJC, attache une grande valeur aux relations internationalistes qui se sont développées entre nous et les communistes de l’UCP, comme dans l’ordre bilatéral.

Par le Parti Communiste unifié de russie : lien

Aller à la barre d’outils